Article n° 37                                                                 Bambusa aff.rigida

     Synonyme : Bambusa stipitata

 

                                                                             Robert Kernin, le 03 avril 2018

 

 

          Cette espèce a été introduite en Nouvelle-Calédonie et on peut l’admirer au Parc Zoologique et Forestier 'Michel Corbasson' situé à Nouméa. Je l’avais baptisé ‘sp.1 Parc Forestier Nouméa’ en attendant de pouvoir l’identifier (photo 1).

photo 1 - Bambusa aff rigida

 

          J’ouvre une parenthèse concernant ce genre de recherches : pour un amateur il n’est pas facile d’accéder aux descriptions originelles des plantes, bambous ou autres. Le fait d’accéder aux descriptions originelles pose un problème : la traduction ! Si certaines langues nous sont aisément compréhensibles, beaucoup d’autres le sont moins ou pas du tout.

          Outre les livres ‘grand public’ ou bien ceux un peu plus spécialisés, internet est une source formidable pour ces documents, mais, tout comme les livres, des erreurs peuvent être commises, particulièrement dans les traductions des descriptions originelles, mais également dans la transcription.  En exemple les feuilles d’un petit bambou américain, Chusquea pinifolia, dont la largeur des feuilles était indiquée sur internet 2cm au lieu de 2 mm (je dis bien 2 millimètres).

          Les herbiers, conservés dans les instituts botaniques de tous les pays, sont une base de toute recherche un peu poussée, et ont la particularité d’être accessibles à tout un chacun sous réserve d’une autorisation, mais je n’ai consulté aucun herbier pour le bambou de cet article.

          Pour conclure, je précise donc que mes recherches, concernant ce bambou sp.1 faisant l’objet de cet article, ont abouties à identifier Bambusa rigida, mais dans les 137 espèces de Bambusa sélectionnées au départ il est possible que j’en ai éliminé suite à des descriptions erronées, et ce malgré toutes mes bases de données.

 

          Ses principales caractéristiques le désignait comme faisant partie du genre Bambusa.

Pour déterminer l’espèce, j’ai suivi le schéma suivant :

 

1- Une première sélection basée sur la taille des chaumes et leur aspect général, en laissant une marge très large. Sur un total de 137 espèces du genre Bambusa décrites à ce jour, il en est resté 68.

 

2 – Une deuxième sélection basée sur divers caractères : taille des feuilles, présence ou non d’oreillettes de gaines de chaumes, taille des oreillettes des gaines de chaumes, forme de l’apex de la gaine de chaume, hauteur de la ligule de gaine, longueur et forme des entre-noeuds des chaumes, aspect des nœuds de chaumes. Sur 68 espèces il en est resté quatre:

- B. cerosissima, B. Gibba, B. pachinensis et B. rigida.

 

Remarque: outre ces 4 espèces, une autre espèce, Bambusa textilis, présente de fortes ressemblances au premier regard, et on pourrait la confondre. Une observation plus approfondie permet de noter les différences suivantes, parmi d’autres :

- oreillettes de gaines de taille équivalente chez B. textilis, contre des oreillettes dissemblables en taille et en forme chez B. rigida.

- ligule de gaine de chaume d’une hauteur de 1 à 2 mm chez B. textilis, contre 2 à 4 mm chez B. rigida.

 

 

3- Sélection de certaines caractéristiques suite à une étude approfondie de chacune de ces quatre espèces, certains détails étant plus déterminants que d’autres.

 

- B. cerosissima

-diffère de sp.1 par ses languettes de gaines de chaumes non dressées, retombantes et intensément sombres

- diffère par le nombre des ses feuilles par ramule (4 à 8 contre 6 à 13 pour le sp.1).

- oreillettes de gaines de chaumes (et non des turions) longues et étroites contre des oreillettes de forme plus ou moins ovales rondes./elliptiques et de forte taille chez le sp.1  

- anneau de la cicatrice de gaine large contre un anneau fin chez le sp.1.

 

- Bambusa gibba

- entre-nœuds 20/25 cm de long contre 23/45 cm chez le sp.1

- diamètre entre-nœuds 5/6 cm contre 4/5,3 cm chez le sp.1

- ligule de gaine de chaume 1 à 2 mm de haut contre 3 à 4 mm chez le sp.1

- feuilles 15/20 cm x 2 à 3,5 cm de large contre 11 à 32 cm x 1,6 à 3,3 cm de large chez le sp.1

 

- Bambusa pachinensis

 - entre-nœuds 10/70 cm contre 23/45 chez le sp.1

- feuilles 8/20 cm contre 11/32 cm chez le sp.1

- gaines foliaires densément pubescentes contre glabres ou poils discrets chez le sp.1

- pruine très légère contre pruine dense chez le sp.1

 

- Bambusa rigida

- La description de cette espèce indique que ses gaines de chaumes sont pubescentes. Je n’ai pas pu observer de près une gaine fraiche du sp.1, Les gaines qui se détachent sont glabres. Par contre les gaines fraiches des branches naissantes sont en partie pubescentes, devenant très vite glabres, ce qui peut laisser supposer qu’il en est de même pour les gaines de chaume fraiches.

- entre-noeuds 23/45 cm de long, idem sp.1 

- ligule 2/4mm, idem sp.1

- oreillettes de gaines, l’une elliptique et l’autre ovale, idem sp.1

- feuilles 8 à 24 cm de long par 8 à 27 mm de large contre 11 à 32 cm de long par 1,2 à 3,3 mm de large chez le sp.1

- feuilles : zone près du pétiole, face dorsale, pubescente, idem sp.1

- pruine sur chaumes, idem sp.1

- pruine plus dense sur la partie de l’entre-nœud entourée par la gaine, idem sp.1

 

          Au vu des résultats de ces comparatifs, seule la pubescence des gaines de chaumes, par défaut d’observation, pose problème pour B. rigida, ce qui laisse un doute sur l’identification. La taille des feuilles est très légèrement plus importante chez le sp.1, mais pas assez pour en faire un élément éliminatif, et de plus les proportions longueur/largeur se ressemblent. Ces deux détails, rajoutés au problème de l’identification dont j’ai parlé au tout début de cet article, font que je fais précéder ‘aff’ (affinités) devant le nom d’espèce, indiquant que ce bambou a vraiment beaucoup de points correspondants à la description de B. rigida, mais qu’il y a néanmoins un doute sur son identification.

 

 

          Bambusa rigida est originaire de Chine, de la Province du Sichuan principalement, où il est couramment cultivé autour des villages. On le trouve également au Yunnan.

          Une mesure précise d’un chaume a donné 11,30m, le plant étudié culmine donc entre 10 et 12 m, pour un diamètre maximum de 5,3 cm, et couramment entre 4 et 4,5 cm (photo 2).

photo 2- diametre des chaumes de B aff rigida

Il est possible que certains chaumes inaccessibles soient d’un diamètre légèrement supérieur.

          L’aspect général est érigé, le haut des chaumes ne retombant pas ou très peu (photo 3).

photo 3- haut des chaumes non retombants chez B aff rigida

          Une pruine épaisse, dense, blanche, recouvre la moitié inférieure des entre-nœuds (partie recouverte par la gaine) des nouveaux chaumes, tandis que la partie supérieure de l’entre-nœud est couverte par une pruine bien plus légère en général (photos 4 et 5)

photo 4- Nouveaux chaumes de B aff rigida

.

photo 5- Pruine sur entre-noeuds de B aff rigida

 

          Les entre-nœuds sont creux dès la base, et ne sont pas compressés. Leur paroi est épaisse, en exemple pour un diamètre de 3,5 cm, épaisseur paroi de 1 cm. Leur longueur varie de 23 à 45cm. En exemple des mesures prises sur un chaume, en commençant par la base :

23/28/32/36,5/38,5/43 cm. Quelques entre-nœuds inaccessibles doivent être un plus longs mais pas de beaucoup. Ils sont non striés (les stries apparentes sont celles laissées par les gaines de chaume dans la pruine épaisse) et le sillon internodal est absent.

          La couleur des chaumes âgés est vert moyen, légèrement brillant (photo 6).

photo 6- ancien et nouveau chaume de B aff rigida

 

Les nouveaux chaumes sont également vert moyen sous la pruine, mais apparaissent blancs et vert blanchâtre du fait de cette dernière (photos 7,8 et 9).

photo 7- Nouveau chaume de B aff rigida

  

photo 8 - Pruine plus epaisse sous la gaine de chaume chez B aff rigida

 

photo 9- Pruine epaisse sous les gaine de chaumes chez B aff rigida

       Lorsque la pruine est partie, ils sont lisses au toucher.

 

GAINES DE CHAUME

Exemple d’une gaine prise sur un entrenœud de 42cm de long et de 4.1cm de diamètre : hauteur de la gaine : 20.3cm

Largeur à la base : 21cm

Largeur à l’apex : 9cm

Côtés asymétriques à l’apex (l’un plus bas que l’autre) (photo 10).

photo 10- Gaine de chaume de B aff rigida

Coloration : gaine âgée crème beige, gaine fraîche vert clair/-jaunâtre (photos 11 et 12),

photo 11- Gaine de chaume de couleur verte chez B aff rigida

photo 12- Gaine de chaume fraiche de B aff rigida

 

les bords sont discrètement soulignés par une bande jaunâtre brun clair (photo13).

photo 13- Fine bande jaune sur les bords de gaine de B aff rigida

Rarement, une strie fine blanc crème peut se voir sur le dos d’une gaine.

Certaines gaines fraîches ont tendances à prendre une couleur orange, pas très vif, avant de sécher.

 A noter que la languette de gaine sèche très vite, et beaucoup ont leur extrémité déchirée, alors que la gaine est encore verte (photo 14).

photo 14- Extremite de la languette de gaine de chaume souvent déchiree chez B aff rigida

Elles sont caduques.

Les gaines âgées sont glabres des 2 côtés. Je n’ai pas pu accéder à une gaine fraîche, et les photos de ces dernières, prises de trop loin, ne permettent pas de préciser si elles sont pubescentes ou glabres.

Par contre, les observations sur les gaines des branches naissantes permettent de constater la présence de poils denses sur certaines parties de la gaine (photo 15),

photo 15- gaines des branches sont pubescentes chez B aff rigida

poils très vite caduques, laissant supposer que les gaines de chaume fraiches en sont également pourvues.

Traces légères de pruine sur certaines gaines fraiches.

Au toucher, les gaines âgées sont lisses, épaisses, pas particulièrement cassante sauf si on essaie de les aplatir, mais sans plus.

Présence d’oreillettes, les deux étant fortes mais l’une plus que l’autre, bordées de longs cils blancs brun clairs (photos 16, 17, 18 et 19).

photo 19- oreillette arrondie de B aff rigida

photo 18- Oreillette elliptique de B aff rigida

photo 17- Oreillettes inegales sur gaines de chaume de B aff rigida

photo 16- Oreillette de gaine de chaume de B aff rigida

Exemple pour la gaine de référence (20.3cm haut x 21cm largeur base x 9cm largeur apex) l’oreillette la plus forte des 2 mesure 1.8cm de hauteur x 2.8cm de long, et la plus petite des 2 mesure 1.4 de hauteur x 1.5cm de long. Elles sont donc de taille et de forme différente, sans excès.

Ligule de gaine convexe, finement frangée de petits cils blancs de 1 à 2mm, régulière, haute de 3 à 4mm (photo 20).

photo 20- ligule de gaine de chaume de B aff rigida_modifié-1

Languette : très souvent déchirée et incomplète à son extrémité, même au stade relativement frais.

Longueur sur la gaine déjà mesurée (gaine de 20.3cm hauteur x 21cm de largeur base x 9cm de largeur à l’apex) : 9cm de hauteur x 6.5cm de largeur.

La base de la languette est large mais un peu moins que l’apex de la gaine (photo 21).

photo 21 - Languette de gaine de chaume de B aff rigida

Elle est dressée. Quelques poils noirs épars sont visibles sur les 2 faces.

Cicatrice de gaine : nette, formant un anneau fin de ‘liège’, et un peu plus proéminente que le nœud (photos 22 et 23).

photo 22- Noeud de chaume de B aff rigida

 

photo 23- Cicatrice de gaine de B aff rigida

BRANCHES

Longueur/ entre 1m et 2.30m en moyenne (photo 24).

photo 24- Branches de B aff rigida

Apparaissent dès le 3e ou plus souvent vers le 5e nœud (photo 25).

photo 25- Branches au 3e, 4e ou 5e noeud chez B aff rigida

Une branche dominante, puis 2 paires de secondaires, puis d’autres plus petites, mais à noter que, assez souvent, l’une des 4 branches secondaires reste dormante, comme on peut le voir sur cette photo (photo 26).

photo 26- Aspect des branches chez B aff rigida

Une dizaine de branches, toutes tailles confondues, semblent se développer dans un premier temps, toutes en même temps (photo 27).

photo 27- developpement des branches de B aff rigida

La dominante est très légèrement remontante ou horizontale (photo 28),

photo 28- naissance des branches chez B aff rigida

exceptionnellement elles sont remontantes à leur naissance (photo 29).

photo 29- Branches rarement remontantes chez B aff rigida

Les secondaires sont horizontales ou légèrement retombantes, alors que les tertiaires et autres petites sont retombantes (photo 30).

photo 30- branches horizontales et retombantes chez B aff rigida

Le bourgeon est arrondi (photo 31)

photo 31- bourgeon de branches chez B aff rigida

 

FEUILLES

Aspect général : longues et fines (photos 32, 33, 34 et 35)).

photo 32- feuillage de B aff rigida

photo 33- feuilles fines de B aff rigida

photo 34- Feuilles de B aff rigida

Longueur et largeur : la plus longue 32cm x 3.3cm de large.

Autres mesures : 31 x 3cm / 30 x 2cm / 28.5 x 2.7cm / 23.5 x 1.3cm /

photo 35- Longues et fines feuilles de B aff rigida

17.5 x 1.2cm / 16 x 1.4cm / 11 x 1.6cm /

Non tessellées.

Nombre de nervures secondaires : 8 paires sur les plus grandes feuilles, parfois nettes et parfois pas très discernables.

Longueur du pétiole 2 à 5mm, cette dernière longueur restant exceptionnelle.

Nombre de feuilles par branche : de 6 à 13, avec tous les nombres possibles sans qu’aucun soit dominant (6/7/8/9/10/11/13) – (photos 36 à 42)

photo 36 - ramule porteuse de 6 feuilles chez B aff rigida

photo 37- ramule de 7 feuilles ( a gauche) chez B aff rigida

photo 38- ramule de 10 feuilles chez B aff rigida

Lisses et glabres face supérieure, exceptées à la naissance de la nervure centrale, le long de celle-ci, sur quelques centimètres et sur les feuilles

photo 39- ramule de 11 feuilles chez B aff rigida

photo 40- Ramule de 12 feuilles chez B aff rigida

photo 41 - ramule de 12 feuilles chez B aff rigida

photo 42- ramules avec feuilles de B aff rigida

fraîches (base de la feuille) où des poils blancs sont visibles, surtout après grossissement des photos (photo 43).

photo 43- Poils discrets face superieure le long de la nervure centrale et uniquement à sa naissance chez B aff rigida

Très légèrement duveteuse face inférieure par la présence de petits poils blancs (visibles à la loupe binoculaire), clairsemés au milieu de la feuille et plus denses sur les bords ainsi qu’autour de la nervure centrale.

Coloration : vert foncé brillant dessus, même vert mais mat dessous.

Présence de petits crochets sur tout un côté, très accrocheurs et rapprochés. Sur l’autre côté les mêmes crochets sur la moitié inférieure de la feuille et moins présents ou accrocheurs sur la moitié supérieure.

Les gaines foliaires sont glabres, et garnies de 2 oreillettes ciliées (longs cils blancs de 1cm), l’une plus forte que l’autre mais la différence n’étant pas très grande, de couleur brun jaune (photos 44 à 47).

photo 44- gaines foliaires de B aff rigida

photo 45- Oreillette ciliee de gaine foliaire chez B aff rigida

 

TURIONS

          Pas de turion observé un 19 avril, jour de mon étude de ce bambou, mais

photo 46- detail oreillette de gaine foliaire chez B aff rigida

des nouveaux chaumes déjà bien

photo 47- zoom sur oreillette de gaine foliaire de B aff rigida

développés. Finalement, grâce aux  observations d’amis du Parc, leur sortie a lieu de mi- février à fin mars.

En mars 2018, des photos de turions naissants et de plus grands turions m’ont été transmises par Stéphane Lardy et Amuldena Lorenzo (Photos 48 à 56)

photo 48- developpement du turion de B aff rigida

Les observations de ces photos viennent

photo 49- très jeune turion de B aff rigida

photo 50- Jeune turion de Bambusa aff rigida

photo 51- turion de Bambusa aff rigida

conforter la détermination du genre (languettes de gaines collées au chaume, présence de grandes oreillettes) et ne contredisent pas l’espèce.

 

 

photo 52- Jeune turion de B aff rigida

 

photo 53- Bouquet final du turion de Bambusa aff rigida

 

photo 54- turion de 2m de Bambusa aff rigida

RHIZOMES :   bambou cespiteux

 

Remerciements :

          Je remercie vivement Vanessa

photo 55- grand turion de 2m de haut de B aff rigida

Hequet (IRD Nouméa), Amuldena Lorenzo et Stéphane Lardy (Parc Zoologique et Forestier 'Michel Corbasson' situé à Nouméa) pour leur aide et les photos transmises concernant les

photo 56- partie superieure d un turion de 2m de haut de Bambusa aff rigida

turions (photos 48 à 56).

 

Bibliographie:

- Camus, E.-G., 1913. Les Bambusées. Monographie Biologie Culture Principaux usages. Paul Lechevalier éditeur. Paris, 215 p

 

- Ohrnberger, D., 1999. The Bamboos of the World, Annotated Nomenclature and Literature of the Species and the Higher and Lower Taxa. Elsevier,Amsterdam, The Netherlands.585 p.

 

- Seethalakshmi, K. K., Muktesh Kumar, M. S., Sankara Pillai, K., Sarojam, N., 1998.Bamboos of India, a Compendium.  Peechi Bamboo Information Centre, India, Kerala Forest Research Institute [u.a.], 1998, 342 p.

 

- Wang, D., Shen, S-J., 1987. Bamboos of China. Timber Press, Portland, Oregon, 167 p.

 

- Zhu, S., Ma, N., Fu, M., 1994. A Compendium of Chinese Bamboo, China Forestry Publishing House. 242 p.

 

Internet:

- Le site de Kew, base de données en ligne donnant accès à des milliers de descriptions, est un véritable trésor. Pour y accéder tapez sur un moteur de recherche :

rgb grass base kew grassbase.

 

Vous obtenez la rubrique (entre autres) :

RGB Kew: GrassBase – The Online Grass Flora – Kew Gardens

 

Dans cette rubrique vous sélectionnez ‘Descriptions’, puis, concernant les bambous et autres poacées, Grassbase-home (partie droite de la fenêtre)

 

Dans la nouvelle fenêtre qui apparaît, vous sélectionnez, en plein texte :

 11.000 species descriptions

 

Vous n’avez plus qu’à sélectionner l’espèce recherchée dans les noms cités par ordre alpha.