27 -              Bambusa_multiplex

Synonyme : Bambusa glaucescens

Robert Kernin, le 05 Mai 2016

 

          Bambou cespiteux tropical, mais supportant brièvement des températures négatives de - 12°C.

          Originaire de Chine, probablement du Sud, l’espèce a été largement distribuée et cultivée dans de nombreux pays tropicaux et subtropicaux. Sa taille peut atteindre 10 m pour un diamètre de chaume de 4 cm. Dans le sud de la France elle peut atteindre 3 à 4 m de hauteur, en pleine terre, dans les endroits les plus doux et les mieux protégés. Sans doute plus encore dans la région de Menton. En Bretagne elle peut également rester en extérieur dans les endroits bien protégés des vents, par exemple en sous bois, mais à condition de recevoir un ensoleillement suffisant, et de préférence non loin de la mer afin de ne pas subir une durée de froid trop longue. Sa taille dans ces conditions et ce climat restera toutefois plus modeste. Maintenue en pot, c’est l’espèce idéale pour les vérandas, où les grands patios. Sa taille sera alors déterminée par celle du pot et les soins que l’on apportera..

          L’espèce est présente et assez commune dans le Sud de la Nouvelle-Calédonie (photos 1 et 2),

photo 1 - Philippe Girard à côté de B multiplex

photo 2 - B multiplex

dans les jardins et grandes propriétés, où elle avoisine la taille maximale donnée à l’espèce, un chaume de 9.80m et de 3cm de diamètre ayant été mesuré. La présence de cette espèce dans la partie Nord de la N.C reste à constater, mais il y a de fortes chances qu’elle y soit implantée. En province Sud, à la sortie de Bouloupari (en venant de Nouméa), si, au lieu de poursuivre la route territoriale en prenant le grand virage à gauche on poursuit tout droit, on se retrouve sur une route assez large avec des maisons sur les 2 côtés. Sur la droite, dans un jardin en arrière plan, on aperçoit une touffe de bambou de taille modeste aux chaumes jaunes, qui pourrait être un cultivar de Bambusa multiplex. Avis aux habitants de cette ville, je suis preneur de toute info et photo.

          La couleur des chaumes est verte (photo 3),

photo 3 - Chaumes verts de B multiplex

avec une légère brillance, et ils ont tendance à devenir vert jaunâtre s’ils sont exposés au soleil (photo 4).

photo 4 - Chaumes vert jaunatre de B multiplex

Les nouveaux chaumes sont recouverts de pruine, leur donnant une teinte bleutée (photo 5),

photo 5 - Pruine sur nouveaux chaumes de B multiplex

et sont porteurs de poils, plus denses et brun sombre dans le haut de l’entre-nœud (photo 6),

photo 6 - Entre noeuds setuleux chez B multiplex

très diffus et blancs sinon (photo 7).

photo 7- poils brun ou blancs chez B multiplex

Un espace glabre est toutefois présent juste sous le nœud (photo 8).

photo 8 - espace sans poils juste sous le noeud de B multiplex

Ces chaumes, au toucher, sont lisses quand on remonte les doigts le long de l’entre-nœud, mais une sensation de papier de verre, non dense, est perçue si on descend les doigts le long de l’entre-nœud. Certains chaumes du pourtour de la touffe se courbent en arc de cercle, pouvant parfois atteindre le sol, alors que ceux du centre sont dressés. Les entre-nœuds sont sinueux, légèrement en forme de ‘S’, certains pouvant être en zigzag (photo 9).

photo 9 - Chaumes parfois sinueux ou en zigzag de B multiplex

Ils ne sont pas striés et le sillon internodal est absent. Leur longueur va de 10 à 55 cm, avec beaucoup autour des 40 cm. Dès le 2e entre-nœud, la longueur atteint 30 cm et plus. Leur paroi est épaisse, comme le montrent ces 3 photos prises au 2e, 5e et 10e entre-nœud (photos 10, 11 et 12).

photo 10- epaisseur paroi au 2e entre noeud chez B multiplex

photo 11 - epaisseur au 5e entre noeud chez B multiplex

photo 12 - epaisseur au 10e entre noeud chez B multiplex

          Les gaines de chaume sont plus courtes que l’entre-nœud (photo 13),

photo 13 - Gaines de chaume de B multiplex

longues de 1/3 (partie inférieure du chaume) à 2/3 (partie médiane et supérieure du chaume). Elles sont vert clair lorsqu’elles sont fraiches (photo 14).

photo 14 - Gaine de chaume verte de B multiplex

A mi-chaume la languette de gaine devient de plus en plus longue, et atteint parfois le nœud supérieur (photo 15).

photo 15- la languette de gaine atteint parfois le noeud superieur chez B multiplex

Elles sont caduques, parsemées de taches brunes diffuses, ainsi que de taches rouge clair diffuses surtout sur les côtés, et ceci sur les 2 faces (photo 16).

photo 16 - Taches brunes et rouges sur gaines de chaume de B multiplex

Les épaules de la gaine sont asymétriques (photo 17).

photo 17 - Epaules asymétriques de la gaine de chaume chez B multiplex

Présence de pruine sur les gaines fraiches. Les oreillettes de gaines, petites, ciliées, sont rares mais présentes parfois, surtout visibles sur les gaines des turions. (photos 18 et 19).

photo 18- oreillettes ciliées des gaines de chaume

photo 19- zoom sur oreillettes ciliées des gaines de chaume -

La languette est dressée le long du chaume, et ses 2 faces portent des poils bruns, parfois rares où parfois assez nombreux (photos 20,21 et 22),

photo 20 - poils bruns clairsemés sur la base de la languette de gaine de chaume chez B multiplex

photo 21 - zoom sur poils bruns languette de gaine de chaume chez B multiplex

photo 22- poils parfois denses sur la languette de gaine de chaume B multiplex

plus denses sur la face dorsale, alors que la gaine elle-même en est exempte. Les bords de cette languette, en partie basse, sont frangés de courts cils blancs (photo 23).

photo 23 - Frange de cils blancs sur les bords de la languette de B multiplex

En partie haute du chaume, elle est parfois aussi longue que la gaine (photo 24).

photo 24- Languette - partie sup du chaume- aussi longue que la gaine chez B multiplex

La largeur de sa base est parfois aussi large que l’apex de la gaine, ses côtés prenant place sur la même ligne et dans le prolongement des côtés de la gaine (photo 25).

photo 25 - Gaine de chaume et sa languette a base large chez B multiplex

La ligule est convexe, de 1 à 2 mm de hauteur. La cicatrice de gaine est glabre, non proéminente, au même niveau que le nœud lui-même qui n’est pas non plus proéminent.

          Les branches, dressées en moyenne à environ 45°, se composent d’une centrale dominante, encadrée de deux secondaires moins fortes, puis d’autres assez nombreuses, le nombre de 12 ayant été comptabilisé mais en notant également plusieurs cicatrices d’autres branches déjà tombées (photos 26, 27, 28 et 29)

photo 29- Nombreuses branches secondaires chez B multiplex

photo 28- Les branches de B multiplex

photo 26 - naissance des branches chez B multiplex

photo 27- branches de B multiplex

. Elles naissent assez proches de la base du chaume, au 1/7 environ, et leur longueur va de 0.90 à 2.70 m.

          Les feuilles de l’espèce type sont au nombre de 5 à 9 par ramule, le nombre de 8 revenant le plus régulièrement (photos 30 et 31).

photo 31 - feuille face interne bleute chez B multiplex

photo 30- feuille face externe de B multiplex

Elles ne sont pas tessellées. Leur taille va de 5.5 cm à 20 cm de long pour 0.8 cm à 1.9 cm de large. La face externe est vert moyen (ni trop clair ni trop foncé) et la face interne est fortement bleuté, d’où le nom (synonymique) ‘glaucescens’ de l’espèce (photo 32).

photo 32- feuilles de B multiplex face externe verte et face interne bleu

Les nervures secondaires sont, sur les grandes feuilles, au nombre de 7 paires (photo 33),

photo 33- Nervures secondaires de feuille de B multiplex

certaines très peu visibles et en moins grand nombre sur les petites feuilles. La photo 33 permet de voir 7 nervures en partie gauche, par contre juste en face, en partie droite, seulement 6 nervures apparaissent, la 7e naissant plus bas sur la feuille. Ces feuilles sont lisses face externe, et très discrètement duveteuses face interne, la loupe binoculaire révélant quelques poils très éparses. Le pétiole fait environ 1 mm de long. Présence de crochets sur les 2 côtés de la feuille, que l’on peut sentir sous les doigts. Ils sont plus forts et denses d’un côté, assez espacés et bien moins accrocheurs de l’autre.

          Les gaines foliaires sont ornées de longs cils blancs à leur apex (photo 34).

photo 34- Gaines foliaires ornees d oreillettes ciliees chez B multiplex

 

          Les turions sont de couleur gris bleu à vert clair. Leur base est souvent très large, et forme parfois un coude au niveau du sol. Le bouquet final est dressé, ainsi que les languettes des gaines (photos 35 à 47).

photo 42 - extremité de turion de B multiplex

photo 41 - Turion de Bambusa multiplex

photo 43 - extrémité de turion de Bambusa multiplex

photo 44 - detail turion de B multiplex

photo 45 - détail turion de B multiplex

photo 46 - bouquet final de turion de Bambusa multiplex

photo 47 - Sortie des turions chez Bambusa multiplex

 

 

photo 40 - Turion de B multiplex

photo 38 - turion de B multiplex

photo 37 - turion de Bambusa multiplex

photo 36 - Turion de B multiplex

photo 35- Turion de Bambusa multiplex

         

photo 39 - Turion de Bambusa multiplex

                                                                                               Il existe de très nombreux cultivars de ce bambou, certains particuliers par leur feuillage original comme le petit B.multiplex gr.Elegans,

photo 48 - Bambusa multiplex gr Elegans

photo 49 - Chaumes de B multiplex gr Elegans

photo 50 - feuilles de B multiplex gr Elegans

photo 51- Face interne bleute des feuilles de B multiplex gr Elegans

présent dans quelques jardins de Nouvelle-Calédonie également (plus connu sous le nom synonymique de B.multiplex ‘Fernleaf’), aux feuilles minuscules (1.2 cm à 3 cm de long pour 0.4 cm à 0.5 cm de large)ressemblant à celles de certaines fougères et aux chaumes pleins,

photo 52 - Chaumes pleins de B multiplex gr Elegans

d’un diamètre entre 0.4 et 0.8 cm, d’une hauteur autour de 1 m, pouvant parfois atteindre 1.80 m (photos 48 à 63).

photo 61- Developpement des branches chez B multiplex gr Elegans

photo 60- Branches de B multiplex gr Elegans

photo 62- Branches de B multiplex gr Elegans

photo 58 - Gaine de chaume de B multiplex gr Elegans

photo 57- Oreillettes ciliees de gaine de turion chez B multiplex gr Elegans

photo 56- Detail turion de B multiplex gr Elegans

photo 55 - Apex de turion de B multiplex gr Elegans

photo 54- autre turion de B multiplex gr Elegans

photo 53 - Turion de B multiplex gr Elegans

photo 59- Ligule convexe et epaules asymetriques de gaine de chaume chez B multiplex gr Elegans

photo 63 - vue de face sur branches de B multiplex gr Elegans

                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres cultivars remarquables, B.multiplex ‘Alphonse Karr’,

photo 64- B multiplex 'Alphonse Karr' en France dans les alpilles

photo 65- feuillage de B multiplex 'Alphonse Karr'début Mai dans les alpilles

photo 66- B multiplex 'Alphonse Karr' au Japon jardin du Mont Fuji

photo 67- Chaumes de B multiplex 'Alphonse Karr'

aux chaumes jaune orange, les nouveaux prenant des teintes roses au soleil, avec des stries vertes (photos 64 à 71),

photo 70 - Gaine de chaume de B multiplex 'Alphonse Karr'

photo 69- Couleurs des entre-noeuds de B multiplex 'Alphonse Karr'

photo 68- entre-noeud de B multiplex 'Alphonse Karr'

 

photo 71 - Gaine de chaume de B multiplex 'Alphonse Karr'

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et le plus rare B.multiplex ‘Albovariegata’

photo 72 - Entre-noeud de B multiplex 'Albovariegata'

photo 73 - Gaine de chaume de B multiplex 'Albovariegata'

aux chaumes verts ornées de quelques stries blanches, aux feuilles vertes striées de blanc ou de crème, et surtout aux magnifiques gaines de chaume blanc crème avec des stries vertes ou brun foncé à clair (photos 72 à 81).

photo 76- Naissance des turions de B multiplex 'Albovariegata'

photo 75- Bambusa multiplex 'Albovariegata'

photo 74- Couleurs des gaines de chaumes de B multiplex 'Albovariegata'

photo 77- Gaines de chaumes de B multiplex 'Albovariegata'

photo 78- Zoom sur gaines de chaumes de B multiplex 'Albovariegata'

photo 79- Turion de B multiplex 'Albovariegata'

photo 80- Detail turion de B multiplex 'Albovariegata'

photo 81- Feuillage de Bambusa multiplex 'Albovariegata'

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un cultivar ressemblant fortement à ‘Alphonse Karr’, avec peut-être des stries vertes plus nombreuses sur les entre-nœuds des chaumes, est nommé ‘Kimmei Suow’ au jardin du mont Fuji au Japon (photo 82)

photo 82 - Bambusa multiplex 'Kimmei Suow'

et un autre, non identifié formellement jusqu’à présent mais qui pourrait être B multiplexMidori’ est présent au jardin ‘Bambous en Provence’ en France (photos 83, 84 et 85).

photo 85 - B multiplex, peut etre 'Midori'

photo 83 - Bambusa multiplex, peut etre 'Midori'

photo 84- Turion de B multiplex, peut etre 'Midori'

 

Bibliographie  

Ohrnberger, D., 1999. The Bamboos of the World  

Photos : 

Robert Kernin